Masseuse tantrique, la double peine

Entendre dire dans un séminaire de tantra au sujet de la masseuse tantrique « t’es une pute mais t’oses pas le dire ».

Voir sur les visages des sourires entendus ou gênés lorsqu’on dit ce qu’on est masseuse, alors qui plus est si on ajoute « tantrique ».

Lire le message de cet ami qui envoie « Tu fais toujours tes « massages » ? » suivi d’un clin d’œil.

Ne pas pouvoir utiliser un boitier de paiement CB de certaines marques qui n’autorisent pas « votre genre d’activité ».

Ne pas pouvoir promouvoir ses services sur Facebook qui « ne permet pas la promotion de prestations sexuelles ». Quand je demande un réexamen la plupart du temps c’est finalement accepté.

Quand sur un site d’annonces on peut mentionner massage mais pas tantrique, auquel cas on est renvoyé sur une rubrique « rencontres adultes » qui ne permet pas les prestations tarifées. Oui le mot tantra y est banni, censuré au même titre que tous les mots qui renvoient à la sexualité.

Faut-il croire cette société qui sans rien savoir du tantrisme ni des massages qui en découlent nous renvoie sans appel au domaine du travail du sexe ?

Pourtant le tantra dans sa philosophie comme dans sa pratique nous apprend à sortir de cette sexualité dans laquelle on nous enferme sans appel.

Le tantrisme m’a appris à considérer le corps avec respect et dévotion, avec tendresse et sincérité.

Il m’a appris à aimer le corps non pas pour sa plastique mais pour ce qu’il véhicule, de beau, de vivant, de vibrant… d’émouvant.

J’ai fini par oublier le tabou, oublier le sulfureux, le trouble, l’érotisation artificielle et omniprésente des corps. J’ai traversé cela, je me place désormais au-delà. Là où le corps n’est qu’un corps, là où la nudité n’est que nature, vérité, précieuse et authentique.

Le massage tantrique est un moyen de retrouver cette conscience du corps. Il nous permet de comprendre et de remettre à leur juste place nos élans de vie et nos faiblesses. Il nous apprend la présence et l’harmonie.

Ce que je propose avec mes massages, c’est une expérience qui se place hors de toute érotisation, sans être non plus dans distance ou la vigilance. J’apprends à mes massés à se positionner dans une neutralité libératrice.

Si vous cessez d’associer votre corps et votre nudité, ainsi que le fait d’être touché à quelque chose du domaine du sexuel, du plaisir, de l’érotique, et que vous abordez l’expérience de façon innocente et naturelle, alors je n’ai pas à mettre de la distance ou de la vigilance dans mon toucher.

Il prend alors toute sa puissance et vous fait vivre à travers le corps l’expérience de la conscience pure. Et je ne connais rien de plus magique que ces moments-là.

Alors quand un client me raccroche au nez parce que je lui explique que « le massage tantrique que je pratique n’est pas érotique », ou alors parce que je précise que « non ! si le lingam est massé ça n’est pas pour autant une masturbation et que par conséquent, ce n’est pas une finition ».

Des dizaines de personnes à qui il faut expliquer que « non ! ce n’est pas un massage réciproque », et « non ! ce n’est pas non plus un massage naturiste » !

Parce que dans l’esprit de beaucoup un massage tantrique c’est cela.

Ils ont vu des vidéos sur des sites pornos. Ils ont parfois reçu des massages faussement tantriques dispensés par des masseuses et masseurs qui n’ont aucune idée de la philosophie tantrique, et qui donc n’imaginent aucune autre possibilité d’aborder le corps que dans le désir et le plaisir érotique.

Ils n’iront pas plus loin que l’appel téléphonique. Cherchant des réponses à leurs frustrations le plus souvent non comprises. Ils ne conçoivent pas non plus la possibilité d’une approche différente que celle qui les renvoie encore et toujours au domaine de la sexualité érotique et pornographique.

Assimilé par beaucoup à du travail sexuel, et pourtant ne répondant pas aux attentes des clients en recherche de prestations sexuelles, le massage tantrique se bat pour exister dans une dimension dont la société ignore le plus souvent l’existence.

Il y a dans cette société un refus évident d’accorder la moindre alternative à une sexualité dont pourtant elle se plaint, dénonce sans cesse les dérives tout en se voulant permissive et décomplexée. Un équilibre entre deux extrêmes, difficile à tenir, alors que dans le même temps on refuse d’admettre et de voir que l’équilibre est central, dans cette neutralité que nous offre le tantra.

Face à cette situation je n’ai pas d’autre choix que de persister et vous proposer de venir découvrir à mon Cabinet de Pau, et bientôt celui de Bayonne, mes massages d’inspiration tantrique. Les séances d’initiation au tantra et d’accompagnement personnalisé vers une relation consciente au corps. C’est avec passion que je partage avec vous cette sagesse qui nous conduit à un espace de neutralité et de paix.

Articles récents
Masseuse tantrique, la double peine

Entendre dire dans un séminaire de tantra au sujet de la masseuse tantrique « t’es une pute mais t’oses pas le dire ». Voir sur les visages